«  Là, constamment, je trompe les gens… »

Ayant une vie sans histoires , vendeur de luminaire dans les années 90 à Marseille , Gilbert Garcin se découvre une passion soudaine pour la photographie.

En 1998 sa carrière inattendue démarre et Garcin est très vite contacté par la galerie Les filles du calvaire qui décide de l’exposer au Salon Paris Photo . Ce qui va être un tremplin pour sa carrière puis qu’il va exposer à travers le monde et être sollicité par des directeurs de petits centres d’art, comme de grands musées internationaux.

Il est surtout apprécié des grands professionnels et collectionneurs grâce à sa technique particulière , celle du photomontage.

« Il y a aussi un grand plaisir à créer l’illusion. Là, constamment, je trompe les gens, je leur fais croire que je photographie un paysage. Il y a un plaisir entre la modicité des moyens mis en œuvre et le résultat qui souvent évoque la réalité.»

article2

Ce contenu a été publié dans Rentrée en images. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.